Share: 

02.05.17 - Pour sa traditionnelle visite du 1er mai, Simonetta Sommaruga a rencontré les ouvriers du chantier du campus Energypolis à Sion.

Voir l'article complet dans Le Nouvelliste.

La pluie s’était invitée au rendez-vous. Mais malgré une météo maussade, Simonetta Sommaruga a tenu à rencontrer les ouvriers du chantier du campus Energypolis qui regroupe l’EPFL, la future HES-SO et The Ark à Sion. «Les ouvriers travaillent parfois dans des conditions difficiles, comme aujourd’hui. C’est aussi ça la réalité du travail», a lancé la conseillère fédérale avant la visite du chantier et la rencontre des ouvriers.

Entretien privé

La conseillère fédérale s’est rendue sur le chantier, suivie d’une petite délégation d’officiels et de représentants des médias, avant de s’entretenir en privé avec une dizaine d’ouvriers dans un des containers du chantier, transformé pour l’occasion en salle de discussion.

Les échanges ont principalement porté sur les thématiques de la formation. «C’est un travail physiquement éreintant. A 40-50 ans, il peut être difficile de continuer et c’est très important d’avoir des formations complémentaires afin de permettre à ces travailleurs du bâtiment d’envisager le futur plus sereinement.» Ont également été abordés les défis à relever pour utiliser au mieux le potentiel de main-d’œuvre indigène et les possibilités offertes aux employés d’origine étrangère pour bénéficier de cours de langue ou de formations en cours d’emploi. En Suisse, près de deux tiers des employés du secteur principal de la construction sont de nationalité étrangère.

Un chantier utile

La conseillère fédérale chargée du Département fédéral de justice et police s’est ensuite entretenue avec les représentants de l’EPFL, de la HES-SO Valais et de l’Union syndicale valaisanne (USV), organisateurs de l’événement. Le choix de la visite leur a d’ailleurs été laissé. «Nous désirions un chantier utile, qui représente l’avenir du Valais. C’est pourquoi nous avons opté pour celui-ci plutôt que pour le chantier d’une résidence secondaire», s’est amusé Jeanny Morard, secrétaire régional d’Unia Valais.

Quant à Mme Sommaruga, elle a rappelé l’importance de ce genre d’établissement pour l’avenir énergétique de la Suisse. «Notre pays a besoin de centres de formation et de recherche et avec la nouvelle stratégie énergétique mise en votation le 21 mai prochain, la Suisse aura encore davantage besoin de gens formés dans le domaine de l’énergie.»

Rencontre publique

En fin d’après-midi, une rencontre publique a été organisée sur la place des Tanneries à Sion. La conseillère d’Etat Esther Waeber-Kalbermatten, la conseillère aux Etats genevoise Liliane Maury Pasquier et le président de l’USVs Mathias Reynard se sont notamment exprimés sur la naturalisation facilitée et la RIE3, «des victoires que l’on n’attendait pas, avec en Valais une progression plus importante que prévu», commente le Saviésan. A noter que la thématique de la prévoyance vieillesse, également abordée par les orateurs, divise une partie du PS. Un comité référendaire a été constitué hier matin afin de dénoncer «un compromis inacceptable» (voir ci-dessous).

Sous le slogan «Un avenir pour toutes et tous, plus social et plus juste», une cinquantaine de rassemblements se sont déroulés hier dans une vingtaine de cantons.

Share: