Partager: 

27.07.17 - Des chercheurs et professeurs de l'EPFL ont récemment été pris pour cibles de phishing scientifique par téléphone. Voici quelques informations pour savoir ce qu'il faut faire (et ne pas faire) si vous êtes victime de telles pratiques.

Le phishing scientifique se manifeste généralement par des messages et plus récemment par des vagues d'appels téléphoniques de la part d'organisations (peu scrupuleuses) dont le but est de vendre des services censés être utiles à la communauté mais qui au final n'apportent aucun bénéfice aux chercheurs ou à la communauté scientifique. Ces messages proposent des :

- Invitations à des conférences (en tant que speaker, le plus souvent pour une conférence plénière) ;

- Contributions à des revues scientifiques (en tant qu'éditeur ou auteur) accompagnée de frais de publication ;

- Services de promotion de la recherche (pour le laboratoire, le projet de recherche ou l'institut), souvent présentés dans le cadre des pratiques actuelles d'organisations importantes (telles que l'UE ou divers organismes de financement de la recherche).

Ces conférences sont bien souvent inexistantes, les éditeurs et journaux prédateurs, et les services de promotion de la recherche inutiles (voire contre-productifs). Les frais ne sont que très rarement présentés en avance, et les chercheurs peuvent être harcelés par ces pratiques de marketing très agressives.

L'EPFL appelle à la plus grande prudence avant de collaborer avec ce type de sociétés ou fournisseurs de services malveillants. De plus, l'utilisation d'argent public pour payer des services fictifs ou inutiles contrevient aux règlements de l'EPFL.

En cas de doute, n'hésitez pas à contacter la Bibliothèque pour obtenir de l'aide concernant les question liées à la publication à l'adresse publish-support.bib@epfl.ch. Pour toute demande d'information sur les questions juridiques, et particulièrement si vous êtes victime de telles pratiques, veuillez contacter le General Counsel de l'EPFL.

Auteur:Bibliothèque de l'EPFL Source:Bibliothèque
Partager: